Historique

Le village d'Escorailles

Scorailles, par corruption Escorailles tire son nom d'un Général romain, Scaurus Aurélius, qui selon les légendes serait à l'origine de sa fondation au Vème siècle.
Scorailles est une des localités les plus anciennment connues. Le "Castrum Scoralium" est d'ailleurs mentionné dans la Charte de Clovis.

En 767, Pépin le Bref vint assièger Waiffre, Duc d'Aquitaine, au Castrum Scoralium. Les ruines de celui-ci s'élèvent au nord-est et en contre-bas du village d'Escorailles, sur un éperon rocheux découpé par un profond méandre de l'Auze. On peut encore distinguer plusieurs formes de retranchements.

Le site fut abandonné et le château féodal se fixa plus haut où il donna naissance au village actuel vers le XI ème siècle.
A la suite de plusieurs années d'indivision, le château menaçant ruine, les Scorailles allèrent s'installer au château de "La Vigne", à l'emplacement d'un ancien corps de ferme, vers 1550. L'aîné alla à La Vigne, le cadet fit souche des Seigneurs de Roussilhe.
Les armes de Scorailles étaient "d'azur à trois bandes d'or".

Aujourd'hui les ruines laissent encore apparaître d'énormes pans de murailles, les anciennes fortifications qui formaient un parallélogramme rectangle dont chaque angle était vraisemblablement terminé par une tour.Une tour est encore en bon état.

  La tour, le jour de l'inauguration de la
Maison de la Paille et du Grain

Château de La Vigne

Le château de La Vigne, datant de la fin XVI ème, a probablement était bâti avec beaucoup de matériaux de l'ancien château de Scorailles, est un magnifique spécimen de la fin de la Renaissance.
Il se compose principalement de deux tours rondes et d'une carrée avec créneaux et mâchicoulis.
D'autres corps de logis plus récents y sont adossés.
Il appartient actuellement à la famille de La Tour, d'origine cantalienne, bien connue dans le région.
Entre les châteaux de Scorailles et de La Vigne s'élève "La Maison Chevalier du Fau" où mourut en 1840, l'érudit baron Charles Vacher de Tournemire qui, pendant un quart de siècle, fut le personnage le plus considérable et le plus en vue de l'arrondissement de Mauriac. Ses archives et ses collections scientifiques sont désormais aux archives départementales.

Accueil

Haut de page